Comment survivre à un BBQ en famille où il est question d’élection

Comment survivre à un BBQ en famille où il est question d’élection

On l’a tous éprouvé, au printemps érable, ce malaise profond à l’idée de se retrouver coincé autour d’un repas avec nos proches, à essayer d’ignorer l’éléphant rouge qui marche dans la pièce. La crise étudiante a semé la discorde jusque dans les foyers privés du Royaume du Consensus, générant une tension énorme qu’on n’avait pas ressentie depuis le dernier débat référendaire. Le premier réflexe fut d’éviter la confrontation, en se disant de part et d’autre, à gauche comme à droite, que c’était peine perdue: on ne saurait venir à bout more »

Lire la suite

Les filtres idéologiques et la crise étudiante

Les filtres idéologiques et la crise étudiante

Dans ma série de chroniques consacrées à la couverture médiatique de la crise étudiante, j’ai tenté de mettre en lumière les distorsions, manipulations et effets de loupe assimilables au discours propagandiste. L’initiative semble avoir choqué certains et m’a valu quelques critiques, mais aussi de bonnes blagues, dont la meilleure à ce jour demeure un portrait présumé de ma personne, coiffé d’un chapeau en aluminium qui évoque la folie et le délire paranoïaque, et publié sur l’agrégateur de nouvelles Reddit. Je n’ai pourtant rien inventé et mon travail s’est tout juste more »

Lire la suite

La trahison des médias

La trahison des médias

Si Albert Camus a eu un jour raison de dire « un journal, c’est la conscience d’une nation », il est plus que temps, au Québec, d’examiner sérieusement de quoi est faite la nôtre pour mériter les journaux que l’on a. L’un des constats les plus douloureux de la crise étudiante fut sans conteste la couverture tendancieuse des médias de masse. On l’aura vue venir, certes, sachant bien que le milieu est largement dominé par des éditorialistes et chroniqueurs de droite, mais on a très vite dépassé le cadre habituel du débat more »

Lire la suite

Il faut parfois tirer sur le messager

Il faut parfois tirer sur le messager

Je parle au sens figuré, bien sûr, mais aussi en réaction à cet article de Nathalie Colard, où la chroniqueuse médias de La Presse s’inquiète de la méfiance et de l’animosité que suscite son journal. Elle insiste notamment sur une distinction qui sera utile à notre propos : « Le boulot des éditorialistes est séparé de celui de la salle de rédaction. (…) Ils présentent habituellement (cela peut varier d’un média à l’autre) la position des propriétaires du journal. » Or, c’est justement là que le bât blesse et je n’ai pas assez more »

Lire la suite

Si La Presse n’existait pas… il faudrait ne pas l’inventer

Si La Presse n’existait pas… il faudrait ne pas l’inventer

Cette boutade que je prends pour titre est empruntée aux Illusions perdues de Balzac et visait la presse en général, mais je propose de l’envisager aujourd’hui dans la perspective d’un journal en particulier : le fleuron de l’empire Gesca. Qu’est-ce qu’un personnage de Balzac pouvait donc trouver à redire du travail des journalistes au XIXe siècle? Attention, ça décape : « Le journal au lieu d’être un sacerdoce est devenu un moyen pour les partis ; de moyen, il s’est fait commerce ; et comme tous les commerces, il est sans foi ni more »

Lire la suite

Presse-toi à droite!

Presse-toi à droite!

Polémiquons. Lit-on La Presse parce qu’on est de droite ou est-on de droite parce qu’on lit La Presse? La question est subjective, voire tendancieuse, même si on reconnait intuitivement un fond de vérité à ce chiasme. Mine de rien, en posant cette question, j’ai procédé à une « restriction de champ», postulant implicitement que La Presse loge à droite du spectre politique et que ce parti pris influe sur sa couverture de l’actualité.  C’est une évidence pour peu qu’on l’ait lue, et malgré la présence de quelques voix dissidentes pour se more »

Lire la suite

Dormez citoyens, La Presse veille!

Dormez citoyens, La Presse veille!

J’ai, dans mon entourage, des amis qui sont convaincus que la désinformation n’existe pas au Québec et qu’il faut souffrir d’une forme particulièrement aiguë de paranoïa pour y croire. Je voudrais les rassurer (ou achever de les inquiéter) sur ces deux points en précisant ma pensée. La propagande médiatique est rarement le fruit d’un effort concerté. Le plus souvent, elle participe d’une tendance naturelle chez nos médias à favoriser l’embauche d’éditorialistes et de chroniqueurs aux idées conservatrices. Pour faire bonne mesure et éviter la pensée unique, on engagera aussi quelques more »

Lire la suite

Volée de Boisvert contre les carrés rouges

Volée de Boisvert contre les carrés rouges

Alors que je me demandais justement par quoi commencer, dans ma série de chroniques sur les ratés des médias face à la crise étudiante, avec comme cas d’école le journal La Presse, la réponse m’est venue en lisant un article de David Desjardins dans le Voir du 14 juin, où l’auteur reconnait en la personne du chroniqueur Yves Boisvert « la voix de la raison », un souci de baser ses opinions sur des « faits en béton», une éloquence certaine et une solide structuration des arguments. Je reconnais volontiers que Yves Boisvert more »

Lire la suite

La fabrique du consentement

La fabrique du consentement

Selon un truisme qu’il convient plus que jamais d’interroger, les médias seraient les gardiens de la démocratie. Vraiment ? Parce que, en ce moment au Québec, on a plutôt l’impression qu’ils se font les chiens de garde de la ploutocratie (système de gouvernement fondé sur le pouvoir de l’argent et qui perpétue l’inégalité des classes). Dans Manufacturing Consent, un ouvrage phare qui date de 1988, Noam Chomsky et Edward Herman ont montré comment les médias de masse contribuent, plus ou moins délibérément, à la mise en place d’une propagande idéologique qui more »

Lire la suite

L’échec des médias de masse

L’échec des médias de masse

Si j’ai accepté de me joindre à l’équipe de la Mauvaise herbe, moi qui ai en sainte horreur toute forme d’adventice, jusqu’à consacrer une partie de mes vacances à les arracher une à une et manu militari, c’est d’abord parce que je me reconnais moi-même comme étant de mauvaise graine, a fortiori depuis que le gouvernement du Québec s’emploie à amalgamer, avec la complicité des médias de masse, carré rouge et violence, faisant de ceux qui, comme moi, supportent la lutte contre la hausse des frais de scolarité, des délinquants par more »

Lire la suite